La formation militaire

Guerrier jaguar pendant le sarificio gladiatorio de la fête de Tlacaxipehualiztli - Codex Magliabecchiano

L’expansionnisme militaire aztèque avait deux objectifs principaux:  la soumission des cités ennemies en vue d’en obtenir tribut (comme on peut le voir dans le Codex Mendoza où la liste de ces tributs est méticuleusement reprise), et la prise d’esclaves pour les sacrifices rituels et le travail forcé.

Tenochtitlán, la grande ville des Aztèques, fut d’ailleurs une création de la guerre, et la guerre était sa dynamique: c’est ce que démontre Inga Clendinnen, chercheur émérite en Histoire à l’université La Trobe de Melbourne, dans The Cost of Courage in Aztec Society de 2010.

Son ouvrage débute par une présentation de la séquence d’expériences à travers laquelle les jeunes guerriers aztèques prenaient conscience de leur devoir, envers leur peuple, leur cité et leurs dieux.

MODES ARCHITECTURAUX

ARCHITECTURE ET ELEMENTS STATUAIRES

  • Dans le livre Tlaloc et Huitzilopochtli, dieux du panthéon aztèque, mémoire de maitrise de Sophie François (sous la direction d’Adelaïde de Chatellus maitre de conférence à Paris IV – Sorbonne, département de Littérature contemporaine en langue espagnole. Théorie du texte, éditions Lulu.com, extraits numérisés par Google Books) on apprend que les Aztèques étaient fascinés par les Toltèques, à qui ils reprirent les modes architecturaux et certains dieux de leur panthéon. De la page 20 à 22, l’auteur nous décrit la représentation de Tlaloc et Huitzilopochtli dans l’architecture, puis de la page 22 à 25, elle décrit sa représentations dans les codex, où la plume est très présente. On apprend notamment que lors de fouilles à Tenochtitlan en 1978, beaucoup de statuettes et des vases représentant le dieu de la pluie ont été découvertes (beaucoup étant des offrandes). L’auteur propose de s’attacher à l’étude de deux vases funéraires découverts dans le grand temple de Tenochtitlan, avant d’aborder la représentation de ce dieu dans les codex.