Héritage du quetzal

Quetzal resplendissant (Pharomachrus mocinno ) . Les plumes caudales étaient tout particulièrement prisées des Aztèques: partie constitutive des attributs des dieux et et des tlatoani, leur commerce alimentait un secteur économique prospère soutenu par des échanges et des tributs. Elles possédaient également une valeur monétaire.

 

Les plumes du quetzal étaient estimées dans les cultures plus anciennes de la  Mésoamérique telles que celle des Mayas de l’époque classique et la civilisation de Teotihuacan.

  • Le livre en anglais The Aztecs, de Michael Ernest Smith – professeur d’Anthropologie à la School of Human Evolution and Social Change ( ancien département Anthropologie) à la  Arizona State University – publié chez John Wiley & Sons, 2003, partiellement numérisé par Google Books.                                         Page 94 l’auteur revient sur cet héritage de l‘imago du quetzal, l’un des liens cruciaux au passé qui influenceront la société mixteca et la légitimeront territorialement et politiquement.

Quetzal resplendissant (Pharomachrus mocinno ) des forêts humides du Mexique

Publicités

La plume à Teotihuacan

Teotihuacan

La cité de Teotihuacan, qui en nahuatl signifie « Le lieu où naissent les Dieux », était une importante cité de la vallée de Mexico, contenant certaines des plus grandes pyramides méso-américaines jamais construites en Amérique précolombienne.
Sans doute été construite aux environs de 200 av. J-C, et habitée jusqu’à sa chute entre les VIe et VIIe siècles, elle connu son apogée dans la première moitié du Ier millénaire, à l’Époque classique, et était alors la plus grande ville de toute l’Amérique précolombienne. À ce moment, elle pourrait avoir compté plus de 200 000 habitants, ce qui la plaçait à l’époque parmi les plus grandes villes du monde.
Son influence en Mésoamérique est bien documentée ; la preuve de l’existence de la civilisation de Teotihuacan, au moins par sa puissance politique et économique, peut être constatée dans de nombreux sites de l’État de Veracruz et de la région maya.

Le dossier de l’exposition Teotihuacan, Cité des Dieux, organisé du 06/10/09 au 24/01/2010 par le Musée du Quai Branly et dirigé par Stéphane Martin, est un document destiné aux enseignants qui aborde tous les aspects de la vie de cette prestigieuse civilisation. Le rôle de la plume y est évoqué dans plusieurs domaines tels que politique et commercial (p.9), élément de distinction du statut religieux (p.10), ou expression artistique du sacré (p.16)